Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PODEMOS ANNONCE QU’IL CHERCHERA DES ALLIANCES ÉLECTORALES DANS LES PROVINCES

(tiré de El pais, 24 août 2015 - Traduction PTAG)

Podemos amorce un nouveau cours politique avec un changement de stratégie. Pablo Iglesias, le secrétaire général du parti, a annoncé lundi le 24 août que le parti cherchera à conclure des accords préélectoraux avec d’autres forces politiques et sociales sur tous les territoires des provinces au-delà des nationalités « historiques », territoires auxquels les alliances avaient été confinées jusque-là . "Dans les circonstances actuelles, nous allons continuer à maintenir ce dialogue ouvert face à d’autres réalités qui peuvent être autonomes ou face aux collectivités locales, provinciales, où nous continuerons à travailler pour aller à la rencontre d’autres secteurs de la société civile et d’autres sensibilités politiques qui peuvent être incorporées au changement ", a déclaré Iglesias à sa première conférence de presse après les vacances. Le dirigeant de Podemos a exclu un accord national avec d’autres partis comme Unidad Izquierda et un soutien au PSOE lors des élections générales.

Le secrétaire général de Podemos expliqué, après la première réunion du Conseil de coordination du parti ce cours nouveau d’après lequel les partenariats pourront suivre des dynamiques différentes dans chaque territoire. « Sachant qu’il n’y a pas de solution unique pour tous, il y aura des solutions et des nomenclatures différentes"a souligné Iglesias, qui a parlé de créer des « lieux de rencontre » avec les autres forces politiques et sociales dans des conditions égales et au-delà de "la réalité plurinationale" du pays. Catalogne, Galice, Valence et des Baléares : Jusqu’à présent, Podemos limitait les accords préélectoraux aux communautés « historiques ». Iglesias n’a pas voulu révéler les autres territoires où il voudrait parvenir à des accords.

Le dirigeant de Podemos a fermé la porte à une entente nationale avec la Gauche unie (U.I.), mais non aux membres de ce parti qui pourraient être intégrés dans certaines de ces alliances régionales, comme cela est arrivé en Catalogne avec la candidature de la “Catalogne SI” qui est d’Esquerra Unida. "Que dans les différentes provinces et les communautés, nous pouvons parvenir à des accords avec des gens qui ont des cartes en poche d’Unité populaire (UI), nous sommes ouverts à cela", a dit Iglesias. « Je serais enchanté d’avoir des gens comme Alberto Garzón. Je souhaite que je pourrai conclure un accord avec Alberto Garzón s’il est impliqué dans des espaces au niveau local ou régional," a-t-il ajouté.Podemos ne fera pas des accords par en haut, mais des accords par en bas.

Les limites de ces partenariats seraient approuvées par référendum : les bases de Podemos ont avalisé en juillet des accords passés au niveau territorial (jamais à un niveau plus élevé que régional) et les accords prévoient toujours de garder le logo et le nom de Podemos au premier rang sur le bulletin de vote, même si cela signifie participer dans certains territoires à des élections générales sous certaines formes d’alliance (Podemos-X). Nous allons être généreux, mais nous avons une feuille de route qui a été approuvée par un référendum", a déclaré Iglesias. "Au-delà du bulletin de mise en candidature, nous pensons en termes de communication qu’il peut porter des noms différents,".

Nous cherchons à étendre leurs accords avec d’autres forces politiques avant les élections générales, mais il a exclu de parvenir à des accords avec le PSOE après les élections. Pour Pablo Iglesias, la seule alliance « claire » est celle du PP et du PSOE, "même si de nombreux secteurs dans les bases du PSOE voudraient autre chose", at-il déclaré . Il est très peu probable que nous soutenions les socialistes après les élections générales.

Le leader de Podemos a également donné son plein appui à Alexis Tsipras, à qui il a parlé il y a quelques jours, avant que le premier ministre grec ait démissionné et convoqué des élections, et il n’hésitera pas à le soutenir pendant sa campagne électorale si le président grec le lui demande. Iglesias a reconnu qu’il n’aime pas le troisième plan de sauvetage de la Grèce, qui n’est pas aimé par grand monde, et que les conditions qu’il impose sont épouvantables, mais il a fait valoir que Tsipras a agi en tant que démocrate, en conviant ses concitoyens à des élections anticipées. Espérons que Zapatero fera de même en Espagne. Peut-être que s’il avait fait la même chose nous n’aurions pas un gouvernement du PP.

Pablo Iglesias a approuvé la décision de Tsipras d’accepter le troisième mémorendum même si les Grecs l’ont rejeté lors d’un référendum, alors que le courant radical de Syriza a rompu avec Tsipras pour cette raison. Selon le dirigeant de Podemos, la direction de son parti soutient ceux qui assument le défi de gouverner, ceux qui aspirent à se salir les mains et à assumer les contradictions du pouvoir contre ceux qui préfèrent être un groupe parlementaire ayant des discours impeccables sans les responsabilités du gouvernement. Le courant de Podemos formé par les membres d’Izquierda anticapitalista (Gauche anticapitaliste) a pris lui le parti de ceux qui ont scissionné de Syriza.

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :